Retour liste
31
oct
2012

Résultats au 30 septembre 2012

Télécharger le communiqué de presse - (pdf 472 KB)

Une performance solide sur la période1.
Confirmation des objectifs annuels.

Chiffre d’affaires : 70,9 milliards d’euros (+ 8,4% brut, + 6,9% organique)

EBITDA : 12,8 milliards d’euros (+ 5,8% brut, + 5,8% organique)

Dette nette : 45,9 milliards d’euros (+ 8,3 Mds € par rapport au 31/12/11)

 

Le chiffre d’affaires réalisé au 30 septembre 2012 s’élève à 70 921 millions d’euros, en croissance brute de + 8,4% et en croissance organique de + 6,9%. Cette croissance provient de la poursuite du développement du Groupe sur les marchés à forte croissance, de la forte progression de l’exploration-production et des ventes de GNL, et des bonnes performances des ventes de gaz naturel en France.

L’EBITDA sur la période s’élève à 12 784 millions d’euros, en croissance brute et organique de + 5,8% par rapport au 30 septembre 2011. Hors impact climatique et effets liés aux tarifs du gaz en France, l’EBITDA corrigé serait en croissance de + 1%, à 12 573 millions d’euros2. L’accélération de la croissance par rapport au premier semestre résulte notamment de la comptabilisation de la correction tarifaire du 4ème trimestre 2011 en France (estimée à 212 millions d’euros) et reflète également :

  • la croissance des résultats de la branche Energy International soutenue par la contribution d’un mois supplémentaire des actifs d’International Power, des taux de change favorables et des mises en service, et malgré les cessions d’actifs et des conditions dégradées sur les marchés matures (notamment au Royaume-Uni et en Australie). Aux Etats-Unis, les résultats très solides de 2011 n’ont pas pu être égalisés en 2012 et ce malgré une dynamique de marché positive (croissance économique au Texas), 2011 ayant profité de conditions climatiques exceptionnelles (été particulièrement chaud au Texas) ;
  • la croissance des résultats de la branche Energie Europe en raison d’un climat plus favorable qu’en 2011 et de l’impact positif des renégociations des contrats gaz long terme. Ces effets positifs sont cependant atténués par la baisse des marges électriques, par la hausse des tarifs d’accès au réseau de transport d’électricité en Belgique et par l’effet de la cession de G6 Rete Gas en Italie en octobre 2011 ;
  • la croissance des résultats de la branche Global Gaz & GNL notamment grâce aux activités exploration-production, avec l’évolution favorable du prix des commodités constatée sur la période et la hausse de la production en Norvège, ainsi que la meilleure performance d’arbitrage GNL, notamment sur l’Asie ;
  • une performance opérationnelle stable de la branche Infrastructures grâce à l’effet favorable du climat et de la croissance externe ;
  • le maintien des résultats de la branche Energie Services dans un environnement difficile ;
  • la baisse de la performance opérationnelle de SUEZ ENVIRONNEMENT en raison des cessions et de la baisse des volumes traités dans les déchets en Europe.

Les objectifs financiers, à climat moyen et à régulation stable, sont confirmés pour 2012 en dépit des effets défavorables connus à ce jour en matière de fiscalité, notamment en France (impact d’environ 100 millions d’euros sur le résultat net 2012), et de l’arrêt des centrales de Doel 3 et Tihange 2 en Belgique jusqu’à la fin de l’année :

  • Résultat net récurrent part du Groupe3 entre 3,7 et 4,2 milliards d’euros, basé sur un EBITDA indicatif3 de 17 milliards d’euros
  • Investissements bruts entre 10 et 11 milliards d’euros4
  • Dividende ordinaire stable ou en croissance par rapport à 2011 
  • Ratio dette nette/EBITDA ~2,5x et notation de catégorie “A”

Faits marquants du 3ème trimestre

Les développements de ce trimestre s’inscrivent pleinement dans la stratégie de développement à l’international du Groupe :

Accélérer le développement sur les marchés à forte croissance

  • Au Brésil, Ibama a publié la licence d’exploitation pour le projet de Jirau (3 750 MW). Par ailleurs, la banque BNDES a confirmé l’octroi d’un prêt supplémentaire au projet et GDF SUEZ a annoncé l’acquisition de la participation de 9,9 % de Camargo Correa dans le projet.
  • Au Brésil, inauguration de la centrale hydroélectrique d’Estreito d’une capacité de 1 087 MW. 
  • A Singapour, mise en service commerciale de deux unités à gaz pour un total de 860 MW par Senoko.
  • En Indonésie, ouverture de 2 bureaux de business développement consacrés aux activités de production électrique et d’exploration-production.

Être un acteur de premier plan sur le marché du GNL

  • Signature d’un deuxième accord à moyen terme avec la société coréenne Kogas selon lequel GDF SUEZ fournira à Kogas 24 cargaisons de GNL (environ 1,6 million de tonnes) entre 2013 et 2014.
  • Signature d’un accord de moyen terme avec la société indienne Gail prévoyant la fourniture par GDF SUEZ de 12 cargaisons de GNL (environ 0,8 million de tonnes) entre 2013 et 2014.
  • Aux Pays-Bas, le Groupe lance une solution complète basée sur le GNL sur le marché des transports terrestre et maritime.

Renforcer la contribution des activités à résultats récurrents

  • En Espagne, GDF SUEZ s’associe à la ville de Barcelone pour concevoir et développer la ville de demain avec la mise en place d’une plate-forme urbaine intelligente permettant le rassemblement, l’analyse et l’utilisation optimale des données disponibles sur la ville.
  • Lyonnaise des Eaux remporte le contrat de délégation de service public d’assainissement de la communauté urbaine de Bordeaux.
  • En Australie, l’usine de dessalement d’eau de mer de Melbourne a réussi les premiers tests de mise en service et a commencé à livrer 150 000 m3 / jour d’eau potable à l’état de Victoria.

Au 30 septembre, la dette nette s’établit à 45,9 milliards d’euros et intègre notamment :

  • 6,5 milliards d’euros de free cash flow
  • 8,8 milliards d’euros liés au rachat des participations minoritaires et des obligations convertibles d’International Power
  • 5,0 milliards d’euros d’autres investissements de croissance

Le ratio dette nette/Ebitda atteint donc provisoirement 2,67x avec un objectif de retour autour de 2,5x à fin 2012.

Depuis le mois d’août, GDF SUEZ a poursuivi avec succès l’optimisation de ses charges financières avec un emprunt en francs suisses à 8 et 12 ans de 450 millions converti en euros à un coût moyen de 1,16%. En octobre, pour la première fois de son histoire, le Groupe a émis sur le marché américain 1,5 milliard de dollars en deux tranches à 5 et 10 ans, converti en euros à un taux moyen de 1,39%.

A fin septembre 2012, le Groupe affiche toujours un niveau élevé de liquidité à 21,7 milliards d’euros, dont 11,2 milliards d’euros de trésorerie et 10,5 milliards d’euros de lignes de crédit disponibles. Le coût moyen de la dette brute se situe désormais à 4,32%.

CHIFFRE D’AFFAIRES CONTRIBUTIF PAR BRANCHE

Le chiffre d’affaires est en croissance brute de + 5 507 millions d’euros dont + 4 517 millions d’euros de croissance organique et + 1 001 millions d’euros d’effets de change, dont + 677 millions d’euros au titre du dollar américain et + 214 millions d’euros au titre de la livre anglaise.
Les effets de périmètre s’élèvent à - 11 millions d’euros, les entrées de périmètre (principalement un mois d’International Power) étant compensées par des sorties.

BRANCHE ENERGY INTERNATIONAL

Le chiffre d’affaires de la branche Energy International s’établit à 12 227 millions d’euros, en croissance brute de + 3,9% et en recul organique de - 3,0%. Au-delà de la contribution du mois de janvier des actifs d’International Power acquis début février 2011, les ventes progressent en Amérique latine et en Asie, avec notamment les mises en service de centrales au Brésil, au Chili, et en Thaïlande. En revanche, les zones Royaume-Uni et Amérique du Nord souffrent de prix de marché dégradés.

AMERIQUE LATINE

Le chiffre d’affaires de la région Amérique latine est en progression à 2 919 millions d’euros soit une croissance organique de + 3,2%. Cette croissance s’explique principalement par la mise en service progressive des sept premières unités de la centrale hydraulique d’Estreito au Brésil depuis avril 2011, associée à l’augmentation du prix de vente moyen, liée notamment à l’inflation. Au Chili, la progression des ventes s’explique par les mises en service mi-2011 des centrales CTA et CTH. Au Chili également, les ventes de GNL sont en recul avec l’arrivée à échéance de contrats d’approvisionnements favorables.

Les ventes d’électricité sont en augmentation de + 2,7 TWh, s’établissant à 39,6 TWh. Les ventes de gaz sont en repli de - 1,4 TWh, notamment au Chili, s’établissant à 11,3 TWh.

AMERIQUE DU NORD

Le chiffre d’affaires de la région Amérique du Nord atteint 3 407 millions d’euros, en baisse organique de 18,9%, principalement en raison de la diminution des prix du gaz sur le marché du Nymex qui a entrainé une baisse des prix de l’électricité et une réduction des revenus liés aux ventes de gaz.

Les ventes d’électricité reculent de - 2,6 TWh à 61,5 TWh, alors que les ventes de gaz naturel, hors transactions intra-groupe, baissent de - 9,7 TWh à 39,5 TWh.

ROYAUME-UNI ET AUTRE EUROPE

Le chiffre d’affaires de la région s’élève à 2 549 millions d’euros, en diminution organique de - 6,0% par rapport à l’année précédente.

Les ventes d’électricité pour la période s’élèvent à 26,7 TWh, en recul de - 0,2 TWh avec une moindre production des actifs d’Europe continentale compensée par une amélioration des ventes sur le marché de détail (en hausse de 1,5 TWh). Les ventes de gaz représentent 16,9 TWh, en baisse de - 1,6 TWh, principalement au Royaume-Uni.

Au Royaume-Uni, les actifs de production d’électricité continuent de souffrir de conditions de marché dégradées. Cependant, la vente de  détail bénéficie de prix et de volumes en hausse.

Dans ce contexte difficile, le Groupe confirme sa décision de fermer les centrales de Shotton (210 MW) et Derwent (210 MW) d’ici la fin de l’année. En Europe continentale, les actifs éoliens ont bénéficié de conditions climatiques favorables, notamment en Italie, tandis que les centrales hydroélectriques d’Espagne ont souffert d’une faible hydraulicité sur le premier semestre.

MOYEN-ORIENT, TURQUIE ET AFRIQUE

Le chiffre d’affaires de la région Moyen-Orient, Turquie et Afrique est en croissance organique de  + 8,5%. Cette croissance est liée à une reprise des ventes de gaz en Turquie et à une croissance des revenus de la centrale de Baymina (Turquie), sans impact sur les marges. Le chiffre d’affaires bénéficie également des mises en service de nouveaux actifs dans la région.

ASIE

Le chiffre d’affaires de la région Asie poursuit sa forte croissance atteignant 1 552 millions d’euros, en croissance organique de + 25,5%. Les ventes d’électricité s’élèvent à 17,7 TWh, en hausse de + 1,1 TWh. Cette croissance est liée à la bonne performance de la centrale hydroélectrique de Glow Energy au Laos, bénéficiant de meilleures conditions climatiques qu’en 2011. Elle reflète également la mise en service de Gheco One (660 MW) et de Glow 5 en Thaïlande et la meilleure performance de Senoko à Singapour au premier semestre.

AUSTRALIE

Le chiffre d’affaires s’élève à 875 millions d’euros en hausse de + 13,6% en organique. Cette hausse résulte d’une hausse des volumes produits à Hazelwood et Loy Yang B accompagnée d’une hausse des prix résultant de l’introduction de la taxe carbone au 1er juillet 2012. 

Les ventes d’électricité sont en hausse de + 0,4 TWh à 18,2 TWh tandis que les ventes de gaz augmentent de + 0,3 TWh à 2,1 TWh.

BRANCHE ENERGIE EUROPE

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Europe s’établit à 32 035 millions d’euros, en progression de + 10,2%. Les ventes de gaz atteignent 458 TWh dont 97 TWh aux grands comptes. Les ventes d’électricité s’élèvent à 136 TWh. A fin septembre, la branche sert près de 16 millions de clients particuliers en gaz et plus de 5 millions de clients en électricité.

CWE FRANCE

A fin septembre 2012, le chiffre d’affaires de la France s’établit à 11 919 millions d’euros. Ce chiffre est en progression de + 1 916 millions d’euros par rapport à fin septembre 2011. Cette progression s’explique d’abord par les effets prix, principalement sur le gaz, avec notamment l’impact positif du rattrapage tarifaire et la comptabilisation d’un produit à recevoir faisant suite à la décision du Conseil d’Etat du 10 juillet dernier. Les effets volumes contribuent également de façon significative avec, pour les activités de commercialisation de gaz naturel, le retour à des conditions climatiques presque normales et, pour les activités électricité, la poursuite du développement des ventes.

Les ventes de gaz naturel progressent de + 9 TWh, la différence de climat entre les deux périodes faisant plus que compenser les pertes de clients. GDF SUEZ maintient une part de marché d’environ 86% sur le marché des particuliers et d’environ 60% sur le marché d’affaires.

Les ventes d’électricité progressent de + 8 TWh grâce à la croissance des ventes aux clients directs et des ventes sur le marché liées à l’augmentation de la production d’électricité. La production atteint 23 TWh (vs 22 TWh à fin septembre 2011) avec les mises en service de fermes éoliennes, une meilleure hydraulicité qu’en 2011, compensée en partie par la baisse de production des centrales au gaz (conditions de marché défavorables).

CWE BENELUX – ALLEMAGNE

Le chiffre d’affaires de Benelux – Allemagne s’établit à 10 541 millions d’euros, en retrait de - 4,4% par rapport à 2011. Les volumes d’électricité vendus s’élèvent à 77,3 TWh, en baisse de - 10% sous l’effet du tassement des ventes en Belgique. La production d’électricité s’élève à 58,2 TWh en retrait de 1 TWh, en raison notamment d’une baisse de la production aux Pays-Bas, conséquence de spreads défavorables sur les unités gaz.

En Belgique et au Luxembourg, les ventes d’électricité diminuent avec des volumes en retrait de – 12,6% à 63,3 TWh principalement liés à des pertes de clients professionnels. Aux Pays-Bas, les ventes d’électricité sont en très léger retrait à 6,9 TWh. En Allemagne, les ventes d’électricité augmentent de plus de + 6% à plus de 7 TWh du fait d’une meilleure disponibilité du parc.

Les ventes de gaz présentent des volumes en contraction de - 1,8 TWh (- 2%), en raison de pertes de clients principalement sur le segment Business et Grands Comptes, partiellement compensées par des conditions climatiques plus froides.

AUTRES EUROPE

La zone Autres Europe voit son chiffre d’affaires progresser de + 11,6%, portée par une activité soutenue en Italie et en Roumanie.

BRANCHE GLOBAL GAZ & GNL

Le chiffre d’affaires contributif s’élève à 3 582 millions d’euros, en hausse brute de + 47,6% par rapport à 2011, et de + 49,1% en croissance organique. Le chiffre d’affaires contributif a été globalement porté par la progression de l’activité exploration-production ainsi que la forte activité GNL, avec :

  • une production soutenue en Norvège et l’impact de la hausse du prix des commodités.
  • une progression des ventes externes de GNL de 15 TWh, soit 46 TWh totalisant 50 cargaisons, dont 31 vers l’Asie, à fin septembre 2012 contre 31 TWh totalisant 34 cargaisons, dont 16 vers l’Asie, à fin septembre 2011.

La production totale d’hydrocarbures à fin septembre 2012 est en baisse de -1,7 Mbep5, à  43,1 Mbep vs 44,8 Mbep à fin septembre 2011 suite à la cession d’Efog fin 2011.

BRANCHE INFRASTRUCTURES

Le chiffre d’affaires total de la branche Infrastructures, y compris intragroupes, s’élève à 4 328 millions d’euros, en hausse de + 6,7% par rapport à 2011, sous l’effet combiné des éléments suivants :

  • une moindre commercialisation des capacités de stockage en France ;
  • un climat plus froid qu’en 2011 (+ 22 TWh) ;
  • la révision annuelle du tarif de distribution en France (hausse de + 8,0% au 1er juillet 2012) ;
  • la révision annuelle du tarif de transport en France (hausse de + 6% au 1er avril 2012) ;
  • l’acquisition de sites de stockage de gaz en Allemagne par Storengy le 31 août 2011.

BRANCHE ENERGIE SERVICES

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Services progresse de + 4,5% à 10 651 millions d’euros au 30 septembre 2012, soit une croissance brute de + 454 millions d’euros. La progression organique ressort à + 3,7% et s’explique par :

  • la progression de l’activité des réseaux en France (+ 6,9%) avec en particulier les effets positifs des hausses tarifaires et du retour à un climat plus froid sur le premier semestre ;
  • la croissance des activités installations en France (+ 4,6%) et au Benelux (+ 6,0%) et dans une moindre mesure des activités de services en France (+ 2,8%) ;
  • la quasi stabilité du pôle international (+ 1,2%) avec des résultats contrastés selon les zones géographiques (croissance en Europe du Nord et au grand international, baisse en Europe du Sud) ;
  • la baisse de l’activité d’ingénierie (- 2,4%) qui subit le ralentissement des investissements dans l’énergie en Europe, qu’elle arrive cependant à compenser en partie par le développement des contrats au grand international.

SUEZ ENVIRONNEMENT

L’évolution du chiffre d’affaires et de la performance opérationnelle à fin septembre 2012 est détaillée dans la publication de SUEZ ENVIRONNEMENT du 25 octobre 2012.

 

***

 

La présentation de la conférence téléphonique investisseurs sur les résultats au 30 septembre 2012 sera disponible sur le site internet du Groupe :

PROCHAINS ÉVÈNEMENTS

  • 6 décembre 2012 : Journée investisseurs, Paris
  • 28 février 2013 : Publication des résultats annuels 2012, Paris
  • 23 avril 2013 : Assemblée générale des actionnaires, Paris. Résultats du 1er trimestre 2013, conférence téléphonique

 

 CHIFFRE D’AFFAIRES CONTRIBUTIF PAR BRANCHE

 

*Le chiffre d’affaires total, y compris prestations intragroupe, s’élève pour la branche Energy International à 12 579 millions d’euros, pour la branche Europe à 33 235 millions d’euros, pour la branche Global Gaz & GNL à 5 979 millions d’euros et pour la branche Infrastructures à 4 328 millions d’euros.
** Consécutivement à la création des branches Energie Europe et Energy International, l’information publiée au titre du 30 septembre 2011 a fait l’objet d’un retraitement pro forma afin de permettre les comparaisons.

BRANCHE ENERGY INTERNATIONAL

** Consécutivement à la création des branches Energie Europe et Energy International, l’information publiée au titre du 30 septembre 2011 a fait l’objet d’un retraitement pro forma afin de permettre les comparaisons.

BRANCHE ENERGIE EUROPE

** Consécutivement à la création des branches Energie Europe et Energy International, l’information publiée au titre du 30 septembre 2011 a fait l’objet d’un retraitement pro forma afin de permettre les comparaisons.

Le chiffre d’affaires de la nouvelle branche Energie Europe regroupe toutes les activités anciennement portées par la branche Energie France, les activités européennes de la branche Energie Europe et International (à l’exception de celles d’International Power) et les activités approvisionnements et ventes aux grands comptes de la branche Global Gaz et GNL.

BRANCHE GLOBAL GAZ & GNL

** Consécutivement à la création des branches Energie Europe et Energy international, l’information publiée au titre du 30 septembre 2011 a fait l’objet d’un retraitement pro forma afin de permettre les comparaisons.

Le chiffre d’affaires de la branche Global Gaz & GNL regroupe désormais les activités d’exploration-production et de ventes de GNL ; les activités approvisionnements et ventes aux grands comptes ayant été transférées à la branche Energie Europe.

 BRANCHE INFRASTRUCTURES

BRANCHE ENERGIE SERVICES

SUEZ ENVIRONNEMENT

 

ANALYSES COMPLÉMENTAIRES

ANALYSE DU CHIFFRE D’AFFAIRES PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE

ANALYSE DE LA CROISSANCE ORGANIQUE EN BASE COMPARABLE

 

1 Données non auditées au 30 septembre 2012, examinées par le Conseil d’administration du 30 octobre 2012.
2 EBITDA corrigé au 30 septembre 2012 (en m€): 12 784 (EBITDA publié) + 34 (manque à gagner sur les tarifs du gaz en France) – 34 (impact climat en France) – 212 (rattrapage tarifaire du Q4 2011).
3 Avec des hypothèses de climat moyen, d’une répercussion totale des coûts d’approvisionnement sur les tarifs réglementés du gaz en France, d’absence d’autre changement substantiel de réglementation et de l’environnement macro-économique. Les hypothèses sous-jacentes sont les suivantes pour 2012 : prix moyen du brent 98$/baril ; prix moyen de l’électricité baseload en Belgique 55€/MWh ; prix moyen du gaz au NBP 27€/MWh.
4 Hors rachat des intérêts minoritaires d’IPR.
5 Hausse de + 4,1 Mbep de la production contributive, soit 33,5 Mbep à fin septembre 2012 vs 29,4  Mbep à fin septembre 2011.

Avertissement important

Les agrégats présentés sont ceux habituellement utilisés et communiqués aux marchés par GDF SUEZ. La présente communication contient des informations et des déclarations prospectives. Ces déclarations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits ou des services futurs ou les performances futures. Bien que la direction de GDF SUEZ estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs et les porteurs de titres GDF SUEZ sont alertés sur le fait que ces informations et déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de GDF SUEZ qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les déclarations et informations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par GDF SUEZ auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), y compris ceux énumérés sous la section « Facteurs de Risque » du document de référence de GDF SUEZ enregistré auprès de l’AMF le 23 mars 2012 (sous le numéro D.12-0197). L’attention des investisseurs et des porteurs de titres GDF SUEZ est attirée sur le fait que la réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur GDF SUEZ.

 

A propos de GDF SUEZ

GDF SUEZ inscrit la croissance responsable au coeur de ses métiers pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux : répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources. Le Groupe propose des solutions performantes et innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises en s’appuyant sur un portefeuille d’approvisionnement gazier diversifié, un parc de production électrique flexible et peu émetteur de CO2 et une expertise unique dans quatre secteurs clés : le gaz naturel liquéfié, les services à l’efficacité énergétique, la production indépendante d’électricité et les services à l’environnement. GDF SUEZ compte 218 900 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires en 2011 de 90,7 milliards d’euros. Coté à Bruxelles, Luxembourg et Paris, le Groupe est représenté dans les principaux indices internationaux : CAC 40, BEL 20, DJ Stoxx 50, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe, ASPI Eurozone et ECPI Ethical Index EMU.

  • Contact presse :
    Tél. France : +33 (0)1 44 22 24 35
    Tél. Belgique : +32 2 510 76 70
    E-Mail : gdfsuezpress@gdfsuez.com
  • Contact Relations Investisseurs :
    Tél. : +33 (0)1 44 22 66 29
    E-Mail : ir@gdfsuez.com

 


Retour liste